Déjeuner-conférence « Perspectives économiques » : Une vision économique constructive pour 2020!

C’est devant une cinquantaine de gens d’affaires soucieux de ce que nous réserve l’année 2020 économiquement parlant que M. Jean-René Ouellet, analyste principal, Groupe conseil en portefeuilles chez Valeurs mobilières Desjardins, a présenté une conférence portant sur les perspectives économiques. L’événement a eu lieu le 4 décembre dernier et était organisé par Développement économique Nouvelle-Beauce en collaboration avec Desjardins.

Dynamique et excellent vulgarisateur, M. Ouellet a permis aux participants d’avoir un portrait global de la croissance économique au Québec, au Canada ainsi que mondiale. Lors de la conférence, M. Ouellet a abordé différentes thématiques économiques comme l’emploi, le chômage, l’inflation et bien d’autres.

Pas de signe de récession en vue!

C’est dit, aucune récession n’est à l’horizon pour l’année 2020! Selon M. Ouellet, historiquement, plusieurs signes ne sont pas près de sonner l’alerte. Par exemple, les taux d’intérêt très bas, le plein emploi et la consommation des particuliers sont synonymes que l’économie va bien. À l’inverse, le taux d’endettement des ménages canadiens ne cesse d’augmenter. Ceci dit, cette hausse qui opère depuis maintenant quelques années est loin d’être suffisante pour faire planer le doute d’une récession.

L’analyste a également soulevé qu’en 9 mois, au Canada, c’est 358 000 emplois qui ont été créés. C’est l’une des meilleures années depuis 2002. Tant qu’il y a des gens qui travaillent et qui consomment, la croissance économique ne peut que perdurer.

Des mesures pour investir?

Selon M. Ouellet, le défi de main-d’œuvre est toujours très présent au Québec et il demeure l’une des plus grandes préoccupations de nos entreprises. Il mentionne qu’il est essentiel que le gouvernement incite davantage les entreprises à investir en innovation et productivité. L’inflation des salaires qui se fait sentir et le contexte économique qui est stable et positif sont des facteurs propices aux investissements.

À court terme, la hausse des salaires est une bonne nouvelle pour les ménages, plus d’argent engendre plus de dépenses. Par contre, si le coût unitaire de fabrication des produits augmente autant que les salaires, c’est à ce niveau que cela peut être dommageable pour les entreprises. Voilà pourquoi investir dans l’innovation et la productivité est essentiel afin de toujours conserver des gains de productivités.